Accueil   Etudes & Dossiers   Articles   Supercheries climatiques   Humour climatique    Loi sur le climat   Livres   Qui nous sommes

  www.laquestionclimatique.org ; Pour la vérité sur le climat et ses conséquences, sur des bases scientifiques et objectives, en dehors de toute idéologie

  

Des livres objectifs, loin des idéologies mortifères

 

Novembre 2022 - Pour Steven Koonin "Il n'y a pas d'urgence climatique".
Membre de l’Académie des Sciences des USA, professeur au CalTech Institute et à l’Université de New York, spécialiste de l’énergie et du climat, Steven Koonin a été l’un des plus proches conseillers scientifiques du Président Obama.
On entend souvent qu’en matière de climat "la science a parlé" et que «  le consensus est établi  ». En réalité, de la recherche fondamentale aux médias, l’information est déformée, voire faussée. Le climat est en train de changer, mais le pourquoi et le comment ne sont pas aussi clairs qu’on veut nous le faire croire.

D’abord parce que la climatologie est une science récente, née dans les années 1960, et qu’elle est extraordinairement complexe. Souvent incapables d’entrer dans les détails des travaux de recherche, les journalistes et politiques non scientifiques ont besoin de simplifier pour sensibiliser, au risque de mentir. La science, GIEC compris, ne dit pas ce que les médias écrivent.
Steven Koonin montre que nos connaissances scientifiques ne sont pas suffisantes et que les modèles informatiques élaborés sont trop incertains pour faire des projections utiles et fiables sur la façon dont le climat évoluera au cours des prochaines décennies et encore moins pour savoir quels effets auront nos actions sur lui.
https://www.editionsartilleur.fr/produit/climat-la-part-dincertitude/

Entretien  Steven Koonin répond à 16 questions : ici






 Novembre 2022 - Olivier Postel-Vinay a été longtemps rédacteur en chef du magazine scientifique La Recherche ; il est le fondateur et directeur du magazine Books, et par ailleurs membre du comité scientifique du magazine L'Histoire. Il a déjà publié La Comédie du climat - comment se fâcher en famille sur le réchauffement climatique (JC Lattès, 2015).

Que nous apporte ce livre consacré aux changements climatiques qu’a connu notre espèce depuis qu’Homo est  devenu sapiens, c’est-à-dire depuis près de 233 000 ans ?
Il nous montre que notre espèce fut confrontée tout au long de son histoire et de son évolution à des changements climatiques brutaux de durées et intensités sans commune mesure avec ceux de notre époque. 
Cet essai rigoureusement argumenté et documenté va bouleverser notre vision du climat comme élément constitutif de l'évolution de l'homme. Comment les ruptures, les catastrophes ont conduit de tous temps l'humanité à se réinventer, voilà, au-delà des discours simplistes une réflexion essentielle à notre compréhension de l'évolution. Du paléolithique à nos jours, Sapiens s'est trouvé confronté à des événements naturels souvent rapides, brutaux et de grande ampleur.
Pour le pire et pour le meilleur. Car si notre espèce a failli en perdre la vie, si des civilisations se sont effondrées, si récemment encore se sont ensuivies famines, guerres et épidémies, nous avons fait preuve en ces occasions d'une belle faculté de résilience. Les Lumières et la révolution industrielle sont nées de la crise climatique du XVIIe siècle. La crise du XXIe n'est pas moins prometteuse.
Longtemps récusée par les historiens, l'idée que les caprices du climat jouent parfois un rôle moteur dans l'Histoire est explorée par un nombre croissant de spécialistes. Les travaux les plus récents, dans la littérature scientifique américaine notamment, offrent la possibilité de revisiter l'aventure humaine au regard des changements climatiques. Ainsi apprend-on, par exemple, que Sapiens affronta les premières méga-sécheresses de l'histoire de l'humanité, que la civilisation romaine fut emportée par un changement climatique majeur, et que les Vikings s'installèrent, à la faveur d'un optimum médiéval pendant quelques centaines d'années, au Groenland - qui fut un jour " vert " ...

https://www.decitre.fr/livres/sapiens-et-le-climat-9782258200937.html






Octobre 2022 - François-Xavier Pietri est éditorialiste économie chez TF1 et présentateur du "Club de l'économie" sur LCI et TF1.
Les États européens ont confirmé la décision de la Commission de Bruxelles : dès 2035, la vente de tous les véhicules émetteurs de CO2 sera interdite. Les moteurs diesel et à essence neufs seront bannis, de même que les hybrides. La France se retrouve ainsi face à un mur infran­chissable : un parc à renouveler sans les capacités indus­trielles nécessaires, une couverture nationale de bornes de recharge ridiculement insuffisante, un marché livré pieds et poings liés aux Chinois, une casse sociale massive, un clivage sans précédent entre les nantis et les Français les plus modestes… Elle doit également se lancer dans une course effrénée pour les précieux minerais indispensables aux batteries, le cobalt exploité en Afrique dans des conditions indignes, le lithium qui assèche des millions d’hectares en Amérique du Sud… Bref : si 2035, c’est demain, aujourd’hui, rien n’est prêt !
Comment les Français vont-ils accepter ce brusque chan­gement ? Et qui va payer la note ? Dans ce livre réquisitoire, François-Xavier Pietri éclaire l’absurdité de cette décision qui, en plus d’être contre-productive sur le plan écologique, pourrait nous faire vivre un enfer sur les routes. Il nous livre heureusement quelques pistes pour que les ménages français s’en tirent le mieux possible.
Premières pages
: https://www.editions-observatoire.com/content/Voiture_%C3%A9lectrique_%3A_ils_sont_devenus_fous
Acheter : https://www.amazon.fr/Voiture-%C3%A9lectrique-sont-devenus-fous/dp/B0B1WGCGBH/ref=sr_1_9



                

2018 - Ce pavée dans la mare remet en question toute la problématique du réchauffement climatique en apportant la preuve que le phénomène de saturation de l’effet de serre du CO2 exonère ce gaz de quelque réchauffement que ce soit : le C02 restitue déjà à la Terre toute l’énergie des infrarouges qu’elle émet et qu’il absorbe. Cette démonstration condamne définitivement et irrémédiablement toutes les coûteuses et contraignantes politiques de réduction des émissions de C02 qui n’auront d’autre effet que de coûter des centaines de millions ou de milliards d’euros aux contribuables.

Associant la rigueur scientifique avec la volonté de vulgarisation, l'auteur s’est attaché à décrire et expliquer en termes simples et imagés les connaissances de base nécessaires la compréhension de l'effet de serre et de sa saturation afin de rendre son ouvrage accessible à tous les lecteurs, même si ces derniers n’ont pas de formation scientifique.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-rechauffement_climatique_le_pave_dans_la_mare_jean_marc_bonnamy-9782343149905-60662.html

 

 Ancien élève de l’école polytechnique Jean-Marc Bonnamy a été successivement ingénieur des travaux publics, expert climatologue pour la FAO, directeur de département à l’Institut français du pétrole. Spécialiste de l’Asie du Sud-Est, il y a dirigé des filiales de sociétés françaises et créé sa propre société de conseil avant de rejoindre l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel dont il a dirigé les représentations au Vietnam, au Sri Lanka et en Inde avant d’entamer une carrière de consultant pour les Nations Unies et la Communité européenne qui l’a amené à effectuer des missions ponctuelles dans une dizaine de pays.

 

Vidéo de l'auteur : Accusé CO2 levez-vous !  https://youtu.be/iG9_WQTOJ1Q










.

2021 - A la suite de son livre « Réchauffement climatique, le pavé dans la mare ! » Jean-Marc Bonnamy expose de façon plus approfondie les Lois de la Physique des Gaz et les interactions entre matière et radiations qui démontrent l’innocence du CO2 en matière de réchauffement climatique.

Dans une deuxième partie, il dénonce la transition énergétique comme « le fruit le plus pourri du réchauffement climatique » et se penche sur l’énergie du futur en soulignant le clivage entre les énergies fixes et mobiles. Si les premières, grâce à l’atome, fusion aujourd’hui, fission demain, ne posent pas de problèmes, la solution pour les utilisations mobiles passera certainement en partie par les carburants de synthèse.

Dans sa conclusion, l’auteur exprime sa colère à l’égard de la dictature écologique et dénonce les arguments qu’elle développe, comme la supposée sixième extinction animale ou le danger des OGM et du clonage comme des mythes sans fondement.

Le livre qui vaut des milliards ! Ceux gaspillés dans de calamiteuses politiques anti-CO2 et dans l’absurde transition énergétique. Stop à l’arnaque ! Arrêtons le massacre !

 

https://www.editions-harmattan.fr/livre-changement_climatique_apres_le_pave_le_brulot_jean_marc_bonnamy-9782343219974-70113.html

Juillet 2022 - Pourquoi la voiture électrique pour tous est-elle un mythe ? Parce que, comme le démontre Christian Gerondeau de façon imparable, il faudrait construire le long des grandes autoroutes une centrale nucléaire et plus de cinq mille bornes de recharge tous les cent kilomètres. C’est évidemment impossible, Elon Musk lui-même l’a constaté, puisqu’il a supplié les propriétaires californiens de ses Tesla d’y renoncer les journées de grand départ, car il est incapable de garantir leur recharge alors même qu’elles ne représentent que 1 % du parc automobile américain.

L’hydrogène « vert » n’a pas plus d’avenir. Beaucoup trop cher, dangereux, difficile à utiliser car il faut le comprimer à très haute pression ou le liquéfier, impossible à distribuer partout. Les recherches ne persistent qu’à coup de milliards de subventions.

Puisque la voiture électrique et l’hydrogène «  vert  » n’ont pas d’avenir, la consommation d’électricité n’a aucune raison de s’accroître en Europe et elle va stagner au cours des décennies à venir comme elle le fait déjà depuis les années 2000 !  En France, nos cinquante centrales nucléaires actuelles qui peuvent être prolongées indéfiniment si elles sont convenablement entretenues comme c’est le cas aux États-Unis, peuvent suffire très largement à nos besoins en électricité.
Un livre de synthèse qui remet en cause toutes nos idées reçues.
Ingénieur polytechnicien, spécialiste de l’environnement et des transports,
 Christian Gerondeau a publié de nombreux ouvrages, dont certains sont traduits dans le monde anglo-saxon

https://www.editionsartilleur.fr/produit/la-voiture-electrique-et-autres-folies-la-religion-ecologiste-3/

 

 


Juin 2022 - Sous l’impulsion du GIEC, suivi par les ONG et les médias, les responsables politiques ont décidé que les pays développés, Europe et France en tête, devaient renoncer aux énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) d’ici 2050. Il s’agit de ne plus émettre un gramme de dioxyde de carbone (CO2 ) car ce gaz serait responsable d’un «dérèglement» du climat qui entraînerait un réchauffement catastrophique de la température mondiale. Le coût de ce « great reset » est estimé aux environs de cent mille milliards d’euros, soit l’équivalent d’un triplement de la dette souveraine mondiale.
Accrédité par le GIEC comme expert reviewer de ses deux derniers rapports AR5 et AR6, le physicien François Gervais montre dans ce livre que cette « remise à zéro » est scientifiquement infondée, catastrophique pour l’Homme et en particulier pour les plus pauvres, et enfin nocive pour la planète. Désaccords de la Chin
e et de l’Inde, fragilités des modèles de simulation sur le climat, nécessité démontrée du CO2 pour nourrir une population qui augmente, il expose les très nombreuses et très graves contradictions que véhicule ce discours alarmiste sur le climat. Pour éviter le retour à la précarité énergétique et la hausse dramatique de la pauvreté, il est temps pour l’Occident de reprendre ses esprits, ceux de l’analyse factuelle et scientifique.

https://www.editionsartilleur.fr/produit/impasses-climatiques-les-contradictions-du-discours-alarmiste-sur-le-climat/
 



Mai 2022 - Sauver la planète ? Sauver l’humanité, voilà l’urgence pour le philosophe Yves Roucaute

Aux obscurantistes verts qui font grand commerce de l’idolâtrie, de la culpabilité et de l’apocalypse, il oppose les faits. Et, au tribunal du bon sens et de la lucidité, il convoque ses témoins : l’histoire de la Terre, la grande aventure humaine, les sciences et les technologies.

Avec humour, Yves Roucaute démonte une par une les idées fausses. Les cyclones, séismes et variations climatiques ? Pires hier qu’aujourd’hui. Peut-on vivre en harmonie avec la nature sans la dominer ? Non. Le CO2 ? Rien de diabolique. L’éolien ? Beaucoup de vent pour rien. Le nucléaire ? Une alternative. Les produits bio ? Tous chimiques. La « Transition écologique » ? Une chimère. Le productivisme ? Une évidence. Et la société de consommation ? Une espérance. L’écologie ? Yves Roucaute est pour, mais une écologie non punitive, alimentée par le savoir, tournée vers l’avenir.

Réaliste, la vraie écologie rappelle aux nations que puissance rime avec croissance et décroissance avec décadence. Métaphysique, elle appelle à briser les spiritualismes d’occasion. Morale, elle remet l’humain au centre de l’univers. Voici une ode à la créativité, à la liberté, à la vie apte, enfin, à réenchanter le monde.

Agrégé de philosophie et de science politique, professeur d’Université, docteur d’État, conférencier et épistémologue, Yves Roucaute est l’auteur d’ouvrages salués par la presse et le lectorat, dont La Puissance de la Liberté et, récemment, Le Bel Avenir de l’Humanité.

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/19547/l-obscurantisme-vert

 





Interview de l'auteur
>> (en Vidéo) <<

2022 - Les 12 mensonges du GIEC - Depuis 30 ans le message est le même : il faut réduire à tout prix les émissions de CO2 de la planète. Depuis 30 ans celles-ci ne cessent pourtant d'augmenter et elles vont continuer à le faire malgré les suppliques des Nations Unies et de Greta Thunberg.

La raison en est simple : pour sortir de la pauvreté, les pays en développement ont un besoin vital, comme nous l’avons eu nous-mêmes, d'une énergie abondante. Des millions de vies en dépendent, comme l'Inde et la Chine le répètent. Or l'essentiel de cette énergie ne peut-être que d'origine fossile, contrairement aux affirmations du GIEC.

Car cet organisme, émanation des Nations-Unies censées représenter l'intérêt de l'humanité, ment effrontément. Il l'a fait par exemple lorsqu'il a déclaré en 2011 dans un rapport célèbre, que l'humanité pourrait se passer des énergies fossiles en 2050 et que "près de 80 % des besoins d'énergie de l'humanité pourraient alors être satisfaits par les énergies renouvelables." Or toutes les projections des institutions officielles montrent que ces dernières ne pourront répondre au mieux à cette date qu'à 10% des besoins et que les énergies fossiles en satisferont toujours près de 80 %.  Il faut dire que l'auteur de ce rapport fondateur n'était autre qu'un écologiste allemand dépourvu de tout diplôme, mais "Coordinateur international de Greenpeace pour les questions climatiques " et rémunéré par l'industrie photovoltaïque.

Ce mensonge n'est pas le seul. Le livre de Christian Gerondeau en énumère douze, tout aussi grossiers, qui concernent l'évolution de la température terrestre, la montée supposée des eaux, la survie de la faune et de la flore, etc…

C'est que les Nations Unies ont été prises en main depuis 30 ans par les représentants des grandes ONG écologistes et tout particulièrement par les verts allemands, animés d’une vision profondément négative et culpabilisatrice de l'Homme.  Malheureusement, les dirigeants français ont cédé devant les délires venus d' Outre- Rhin et qui règnent encore aujourd'hui comme l'actualité le montre tous les jours.

Il n'est que temps que le pays de Descartes porte à nouveau la voix de la raison face à un monde qui l'a perdue et qui désespère.

https://www.editionsartilleur.fr/produit/les-douze-mensonges-du-giec-la-religion-ecologiste-2/

2022 - Une supercherie sur la faune polaire, dénoncée - Sir David Attenborough était l'un des hommes les plus dignes de confiance et les plus admirés au monde - jusqu'au début de 2019, lorsqu'il a raconté dans un documentaire conjoint Netflix/WWF intitulé "Notre planète" qui montrait plusieurs morses tombant d'une haute falaise jusqu'à leur mort sur des rochers déchiquetés en contrebas. Il a été démontré que des centaines étaient mortes, ce qu'Attenborough a imputé à l'utilisation gratuite des combustibles fossiles par l'humanité, alors que ce sont des ours polaires qui les ont traqués et affolés. De nombreux téléspectateurs, y compris des enfants, ont été traumatisés par les images brutales. Il a utilisé ces images horribles pour lancer une campagne de trois ans contre le réchauffement climatique "d'origine humaine" qui comprenait dix documentaires chargés de messages d'urgence climatique sans fondement, dont une grande partie s'adressait aux personnes les plus riches et les plus puissantes du monde. L'activisme climatique incessant d'Attenborough comprenait une vision utopique des changements mondiaux pour la société étrangement similaire à celle proposée par le Forum économique mondial (WEF *, organisation de lobbying dont le siège est à Genève et bien connu pour sa réunion annuelle des dirigeants du monde à Davos). L'histoire racontée dans Fallen Icon est tout aussi horrifiante que la chute effroyable et tragique des morses qu'Attenborough et le WWF ont manipulée à leur avantage : c'est un exemple particulièrement flagrant de science corrompue à des fins politiques.
(*) Le Forum exige dogmatiquement qu'un monde globalisé soit gouverné par une coalition de sociétés multinationales, de gouvernements et d'organisations de la société civiles (OSC) sélectionnées au lieu de structures démocratiques classiques.
https://www.amazon.fr/Fallen-Icon-Attenborough-Walrus-Deception/dp/0991796691/ref=tmm_pap_swatch_0

 
2021 - "La montée en flèche du niveau de la mer inonde les côtes.""Les ouragans et les tornades deviennent de plus en plus violents et fréquents."
"Le changement climatique sera un désastre économique."
   Vous avez entendu tout cela présenté comme un fait. Mais selon la science, toutes ces déclarations sont profondément trompeuses.
   En ce qui concerne le changement climatique, les médias, les politiciens et d'autres voix éminentes ont déclaré que "la science est établie". En réalité, le long jeu du téléphone, de la recherche aux rapports des médias populaires, est corrompu par l'incompréhension et la désinformation. Les questions fondamentales - sur la façon dont le climat réagit à notre influence et quels seront les impacts - restent largement sans réponse. Le climat change, mais le pourquoi et le comment ne sont pas aussi clairs que vous avez probablement été amené à le croire.
   Aujourd'hui, l'un des scientifiques américains les plus éminents (Conseiller de Obama, Director of the Center for Urban Science and Progress, New York University) est en train de dissiper le brouillard pour expliquer ce que la science dit vraiment (et ne dit pas) sur notre climat changeant. Dans Unsettled: What Climate Science Tells Us, What It Doesn't, and Why It Matters, Steven Koonin s'appuie sur ses décennies d'expérience, notamment en tant que conseiller scientifique de haut niveau auprès de l'administration Obama, pour fournir des informations à jour et des informations d'expert. perspective libre des agendas politiques.
   Fascinant, lucide et plein de surprises, ce livre donne aux lecteurs les outils pour à la fois comprendre la problématique climatique et être des consommateurs avertis des médias scientifiques en général. Koonin emmène les lecteurs derrière les gros titres vers la science elle-même plus nuancée, nous montrant d'où elle vient et nous guidant à travers les implications des preuves. Il dissipe les mythes populaires et dévoile des vérités peu connues : malgré une augmentation spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre, les températures mondiales ont en fait diminué de 1940 à 1970. De plus, les modèles que nous utilisons pour prédire l'avenir ne sont pas en mesure de décrire avec précision le climat de le passé, suggérant qu'ils sont profondément défectueux.
   Koonin aborde également la réponse de la société au changement climatique, en utilisant une analyse basée sur les données pour expliquer pourquoi de nombreuses "solutions" proposées seraient inefficaces, et en expliquant comment des alternatives comme l'adaptation et, si nécessaire, la géo-ingénierie assureront la prospérité de l'humanité. Unsettled est une confrontation avec la réalité soutenue par l'espoir, offrant la vérité sur la science du climat que vous n'obtenez pas ailleurs - ce que nous savons, ce que nous ne savons pas et ce que tout cela signifie pour notre avenir.
https://www.amazon.fr/Unsettled-Climate-Science-Tells-Doesn%C2%92t/dp/1950665798

2021 - L'électricité propre et décarbonée, le nucléaire est une solution stratégique pour lutter contre les modifications climatiques. Alors que cette source d'électricité avait mauvaise réputation depuis la catastrophe de Tchernobyl, et que les impasses des énergies dites renouvelables sont de plus en plus évidentes, les mentalités changent, jusque parmi les écologistes. Un tri salutaire entre idées reçues et réalités s'impose.
Inefficacité du remplacement par les éoliennes intermittentes, progrès récents du traitement des déchets, risque de blackout, emplois, coût réel, enjeux géopolitiques, choix européens, manipulations de l'information, perte de souveraineté et guerre de l'énergie : découvrez ce que l'on vous cache sur le nucléaire.
Fabien Bouglé est expert en politique énergétique. Il a publié aux éditions du Rocher, en 2019, Éoliennes : la face noire de la transition écologique, qui connaît un important retentissement. Il est auteur de nombreuses études et tribunes sur le sujet. Chef d'entreprise dans le secteur financier et culturel, il est également élu municipal.

https://www.editionsdurocher.fr/livre/fiche/nucleaire-les-verites-cachees-9782268106243

2021 - Pascal Perri présente régulièrement sur LCI son "Perriscope"
A contre-courant des mots d'ordre de la révolution verte, Pascal Perri apporte une contribution polémique et argumentée à une débat tant politique que philosophique et dont dépend notre avenir : comment préserver la nature sans porter atteinte aux droits humains ?

Le mouvement vert est devenu le refuge de nouvelles causes : antispécisme, féminisme intersectionnel, combats anti-OGM, antichasse, antinucléaire, anti-transport aérien… Le progrès, pour certains de ces militants, est une idéologie pernicieuse. Tous ont en commun de dénoncer l’économie de marché. Tous considèrent que l’homme est coupable de piller les ressources de la Terre. Tous défendent le sur-place, voire la décroissance et le repli.
Le « péril vert » n’est pas un fantasme. Les dirigeants écologistes français entendent imposer, y compris par la contrainte, des comportements conformes aux intérêts supérieurs de la nature. Mais sur quelles preuves scientifiques se fondent-ils ? Et s’ils arrivaient au pouvoir ? À quoi ressemblerait la société du rationnement qu’ils mettraient en place au nom d’objectifs utopiques et contestables ? Nos libertés sont-elles déjà menacées par les radicaux de l’écologie ?
Le monde a besoin d’écologie. Mais a-t-il besoin des écologistes ? Telle est la question posée dans ce plaidoyer en faveur d’une politique environnementale éducative, non punitive et socialement acceptable.
https://www.lisez.com/livre-grand-format/le-peril-vert/9782809842630
 

2021 - Nommé « héros de l’environnement » par le magazine Time en 2008, lauréat du « Green Book Award », expert invité par le GIEC, Michael Shellenberger est le fondateur d’une ONG de sauvegarde de la Nature, non partisane et indépendante. Il écrit régulièrement depuis vingt ans pour le New York Times, le Washington Post et le magazine Nature Energy.

Journaliste scientifique et ardent défenseur de l’environnement, Michael Shellenberger se posait depuis longtemps une question : pourquoi les mouvements écologistes continuent-ils à promouvoir des politiques qui nuisent non seulement aux humains mais aussi à la planète ? En matière de gestion des forêts, d’énergie hydroélectrique, de pisciculture, d’élevage bovin, d’engrais azotés, de nucléaire et sur nombre d’autres points clés, il démontre dans ce livre que les principales ONG écologistes militent pour des solutions incohérentes et souvent même dangereuses.

Mélangeant avec bonheur la recherche, l’enquête de terrain et l’histoire du mouvement vert, ce livre lève le voile sur les enjeux financiers, statutaires et idéologiques qui se cachent derrière l’écologie politique contemporaine et son catastrophisme.

Préface de Pascal Bruckner, traduit de l'anglais par Daniel Roche

https://www.editionsartilleur.fr/produit/apocalypse-zero-pourquoi-la-fin-du-monde-nest-pas-pour-demain/

 

 


2015 - Ils ne savent pas ce qu’ils font. Ils disent vouloir sauver la planète pour le bien de l’humanité. Mais si on les écoute, les conséquences seront dramatiques. Lorsque la plupart des responsables politiques, économiques ou religieux accréditent l’objectif de la conférence de Paris de réduire de 50% les émissions de CO2 à l’horizon 2050, non seulement ils font aveuglément confiance au travestissement de documents scientifiques, mais surtout ils contribuent à la mise en danger de mort de millions d’hommes et de femmes. Car chaque année, plus de quatre millions d’êtres humains meurent parce qu’ils n’ont pas ou peu d’électricité et qu’ils sont intoxiqués par les fumées de foyers domestiques. D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), ce « dirty cooking » constitue bien la première cause mondiale de mortalité humaine. Pour faire cesser cette tragédie et plus généralement sortir de la pauvreté plus de trois milliards d’habitants, il faut avant tout leur donner accès à une électricité abondante et bon marché, que seules peuvent le plus souvent leur procurer des centrales à gaz ou à charbon. Mais, au nom de la lutte contre les hypothétiques inconvénients du CO2, les gouvernements des pays riches voudraient le leur interdire. Heureusement, les pays pauvres ne les écouteront pas, conduisant la conférence de Paris, la COP 21, à un échec total.

https://www.amazon.fr/Climat-jaccuse-millions-morts-riches-ebook/dp/B016ZU5SZ0



2016 Alors chef du service météo de France 2, le journaliste Philippe Verdier sort un livre jugé « climatosceptique ». Il sera viré de l’antenne.
« Quand on parle du climat, c’est soit religieux, soit belliqueux ! »
Dans son livre-enquête, il met en cause la probité du GIEC : « À la base, il y a les scientifiques manipulés, politisés, de la corruption, des scandales sexuels puis des politiques qui ne servent que leur image et leur soif de pouvoir, des médias aveuglés qui s’emballent et censurent sous la pression de leurs actionnaires […], des ONG mercantiles et des religions en quête de nouveaux credo »
« Nous sommes indubitablement sur un plateau du réchauffement et la variabilité cyclique du climat ne nous permet pas d’envisager si le rythme naturel va demain nous entraîner vers une baisse, une stagnation ou une hausse »

Vous, président de la République (François Hollande), ne pouvez pas cautionner les scientifiques ultra-politisés du GIEC, les lobbies d'entreprises, les ONG environnementales, ni les chefs religieux autoproclamés nouveaux apôtres du climat »

https://www.ring.fr/livres/climat-investigation

 

2017 - Au cours du développement des temps modernes, en particulier avec l’industrialisation à grande échelle et les échanges globaux, l’impact que l’activité humaine pouvait avoir sur l’environnement s’est manifesté, parfois de manière préoccupante. Une désillusion vis-à-vis de la science et des techniques s’est alors répandue, comme si la société devait fatalement être coupable d’irrémédiables déséquilibres écologiques, toute idée de progrès étant ainsi mise en doute. Pourtant il faut se rendre compte que jamais dans son histoire l’humanité n’a été si prospère.
Les causes et motivations d’activismes qui agrègent toutes les critiques de l’action humaine sont multiples et se renforcent mutuellement. On y trouve des craintes primitives, des questionnements eschatologiques, des idéologies de domination, ainsi que de simples mais puissants désirs de saisie du pouvoir, culminant maintenant par l’appel à une gouvernance mondiale bien détachée des peuples.
L’abandon de la rationalité offre à ces mouvements de prospérer dans une société postmoderne qui, depuis déjà quelques décennies, s’est mise à l’écart de ce qui a du sens pour se soumettre à des maîtres à penser qui lui inculquent de nouveaux dogmes qu’on ne saurait réfuter qu’au risque de se faire bâillonner et bannir comme hérétique.
Face à cette déferlante il est grand temps de réarmer notre raison.
Michel de Rougemont, Dr sc. tech, est un consultant indépendant. Par ses activités dans la chimie fine et l’agriculture il est confronté, sans les craindre, à maints défis liés à la sûreté des gens et de l’environnement.

https://www.blurb.fr/b/7705181-r-armer-la-raison

 

2021 - La température moyenne de la planète a augmenté d’environ 1°c depuis un siècle et demi. Selon le GIEC, la cause principale de cette hausse serait le CO2 d’origine humaine et, pour sauver notre terre d’une catastrophe imminente, il faudrait donc faire baisser nos émissions de CO2.
C’est avec cette conviction que la Convention Citoyenne sur le Climat s’est fixée comme objectif de réduire de 40 % nos émissions nationales. Un effort énorme pour la France (et un coût faramineux) mais qui ne correspond pourtant qu’à 0,25 % des émissions mondiales.
Car ce ne sont plus les pays développés qui comptent, mais l’Inde, la Chine, et demain l’Afrique qui ont tous un besoin vital de pétrole, de gaz naturel et de charbon pour sortir leurs populations de la pauvreté comme nous l’avons fait nous-mêmes. Les projections officielles de ces pays montrent ainsi que les émissions mondiales de CO2 vont inexorablement continuer à croître.
Faut-il alors craindre la catastrophe ? Non. Il y avait 4 fois plus de CO2 dans l’atmosphère au temps des dinosaures et tout allait bien. Si nous avons peur, c’est parce qu’on nous fait peur car la peur fausse le jugement. Et les tenants d’une vision négative de l’humanité, qui dominent depuis un demi-siècle à l’ONU, le savent bien.
Pourtant, il ne devrait s’agir là que de science. L’Homme peut-il agir sur le climat ? En scientifique et sur la base des propres chiffres du GIEC, Christian Gerondeau montre qu’il n’en est rien.
Cessons de trembler et utilisons notre raison.

https://www.editionsartilleur.fr/produit/la-religion-ecologiste-climat-co2-hydrogene-realite-et-fiction-gerondeau/

 
.

Samuel Furfari 2021 - Nous sommes plus qu’encouragés à vivre écolo et bio. On a aussi entendu un écologiste français très médiatique déclarer que le Covid 19 était « la vengeance de Gaïa »…
Suivre l’écologisme n’est désormais plus un choix, mais une obligation. L’homme, notre prochain, passe à l’arrière-plan face à la nature, qui est devenue un absolu. On nous répète que pour sauver l’humanité, il faudrait la réduire par dix.
Et pourtant… La vraie protection de l’environnement ne passe-t-elle pas d’abord par celle de l’humain ? Pourquoi les écolos veulent-ils une transformation si radicale, voire la disparition de notre civilisation ?
Ce livre démontre à quel point l’écologisme a, de manière plus subtile que le marxisme-léninisme, gagné du terrain ces dernières décennies et lance un signal d’alarme contre le risque qu’il devienne, à terme, aussi répressif et violent envers l’homme. 
Il révèle que la protection de l’environnement ne passe pas que par la réduction des gaz à effet de serre, l’objectif utopique du XXIe siècle, combien nous perdons peu à peu ce beau principe de « jouir de la vie », qui participe pourtant à une communion avec la nature et ses bienfaits, et combien la frugalité du monde bucolique vert n’intéresse pas la grande majorité de la population mondiale.

https://www.va-editions.fr/ecologisme-c2x34911352?


2010 - L'apparent consensus sur la responsabilité de l'humanité dans révolution du climat est en train de s'effriter. Cet ouvrage présente un point de vue sceptique sur la thèse "carbocentriste" selon laquelle le réchauffement global récent aurait pour cause les émissions humaines de gaz carbonique. Ciblant sa critique sur quelques points-clés, il expose en termes simples et accessibles les faiblesses, notamment statistiques, de certains arguments longtemps considérés comme décisifs: reconstitution de l'histoire de la température globale, analyse des carottes glaciaires, fiabilité des modèles climatiques... Derrière ces déficiences particulières se profile une question épistémologique plus profonde, touchant à la nature même des théories carbocentristes. En liant la thèse actuelle sur le climat à d'autres épisodes de l'histoire des sciences, l'auteur avance que nous avons affaire ici à un nouveau cas de "science pathologique". Il attire enfin l'attention, toujours du point de vue scientifique, sur le pernicieux glissement observé aujourd'hui dans certains discours qui tentent de faire passer notre planète du statut d'objet à celui de sujet. L'importance des enjeux politiques, économiques et sociaux du débat sur le climat demande que l'on accorde une attention particulière à ces analyses.

https://www.decitre.fr/livres/le-mythe-climatique-9782021011326.html

 

2020 - L’homme a besoin de rêve pour vivre. Mais si le rêve s’est révélé faux plusieurs fois, ce n’est plus du rêve, c’est de l’utopie. C’est ce que nous vivons avec l’hydrogène. Il est présenté comme étant une solution pour la transition énergétique. Or l’idée de le produire à partir d’éoliennes remonte à 1923. Il a été l’objet de nombreuses recherches depuis 1972, avant la première crise pétrolière. Sur base de ce que j’ai appris en travaillant moi-même sur l’hydrogène, ce livre présente pourquoi cette molécule est si importante pour la chimie. En particulier elle est essentielle pour produire des engrais et donc soulager la faim dans le monde. Elle est tout aussi essentielle pour éviter la pollution par le soufre dans les carburants. Ainsi, la production mondiale ne cesse de croitre et devra croitre encore pendant des années du fait de la croissance de la population mondiale. De plus en plus recherchée pour un usage noble, elle ne sera pas utilisé pour un usage vil ― sa combustion. Or la politique propose est de la bruler pour faire rouler des automobiles. L’électrification décarbonée et plus poussée de l’économie de l’UE exige que l’on produise plus d’énergies renouvelables intermittentes, mais celles-ci ne peuvent s’adapter à la demande de consommation. Elle doit donc pouvoir être stockée. Le rêve des batteries est encore très loin. Qu’à cela ne tienne, on propose de stocker l’électricité sous forme d’hydrogène et de transformer cette molécule chimique en électricité lorsque le besoin s’en fait sentir. Mais toute cette opération résulte en un rendement inférieur à 30 %. En outre, les installations éoliennes et solaires ne produisent que pendant l’équivalent de 11 semaines par an. Les lourds investissements à consentir pour électrolyser l’eau nécessaire à la production d’hydrogène ne fonctionneraient que 20 % du temps. C’est industriellement impossible. Ce dossier, également analysé sous d’autres aspects, ne peut conduire au même échec que ceux qui ont eu lieu avant cette nouvelle frénésie. L’hydrogène est indispensable à la vie d’une société moderne. Il n’est pas du tout nécessaire pour la politique énergétique. Il restera l’éternelle utopie.



Nouvelle édition 2020 - Comment connaître le climat du passé ? Quelle influence les évolutions climatiques ont-elles exercée sur les grands mouvements sociaux ? sur le paysage ? sur les récoltes ? Comment appréhender en tant qu’historien la question du réchauffement climatique ?
Par ce livre fondateur, Emmanuel Le Roy Ladurie a montré le premier qu’il pouvait y avoir une histoire du climat, en réunissant la documentation nécessaire pour étudier les observations météorologiques anciennes, analyser les dates des récoltes, scruter les textes, descriptions et représentations iconographiques des glaciers…
L’historiographie du climat devient ainsi une enquête minutieuse et passionnante où l’on chemine entre forêts, vendanges et mers de glace, du Moyen Âge au réchauffement récent en passant par le « petit âge glaciaire ».

https://editions.flammarion.com/histoire-du-climat-depuis-lan-mil/9782081451988


2020 - Selon le GIEC, le dioxyde de carbone (CO2) émis par l'Homme est responsable du réchauffement de la terre. Il faudrait donc d'urgence réduire nos émissions de CO2 si l'on veut éviter un cataclysme planétaire. Pourtant, comme le montrent les deux prévisions citées plus haut, depuis plusieurs décennies, toutes les annonces d'apocalypse ont été démenties par les faits. La température moyenne de la planète a augmenté de 1°C depuis le début du XXe siècle, et la majeure partie de cette hausse (0,6°C) est intervenue entre 1910 et 1945, alors que les émissions de CO2 étaient encore faibles. Après 1945 et jusqu'en 1975, les émissions de CO2 ont beaucoup augmenté... et la température moyenne a baissé ! Le lien entre CO2 et température moyenne est donc sans doute beaucoup moins évident qu'on ne le dit. Dans ce livre synthétique, le physicien François Gervais souligne que le CO2, gaz indispensable à la vie, a de très nombreuses vertus, notamment et surtout pour nourrir l'humanité. Il rappelle enfin quelques notions et chiffres simples pour que chacun puisse élaborer sa propre réflexion sur le sujet.

https://www.editionsartilleur.fr/produit/merci-au-co2/

 

2021
- la France va manquer d'eau !
- les OGM sont dangereux !
- le diesel pollue plus que l'essence !
- la pollution atmosphérique provoque 48 000 décès par an !
- La viande rouge est cancérigène !    - ...
Comment faire la part des choses entre des enjeux écologiques majeurs et des prophéties aussi catastrophistes que trop souvent infondées ? 
S'appuyant sur des exemples concrets, Jean de Kervasdoué montre à quel point la doxa verte voit tout en noir, de façon quasi dépressive, ce qui a pour conséquence de culpabiliser la société mais aussi de restreindre chaque jour un peu plus nos libertés.
Pour convaincre, les écologistes, du moins les plus radicaux, en arrivant à déformer les faits. Ils inventent des graphiques annonçant la fin du monde au lieu de dénoncer les dangers immédiats - la surpêche, le traitement des déchets urbains, etc. En vérité, ces nouveaux gourous survoltés profitent de leur position médiatique pour imposer leurs croyances. 
Un essai provocateur, à contre-courant du prêt-à-penser de notre époque, qui nous aide à distinguer les vraies urgences.  
Jean de Kervasdoué est économiste de la santé. Ancien diplômé de l'Agro et des Eaux et forêts, il a été Directeur des hôpitaux sous la gauche. Il a publié plusieurs livres très documentés sur l'environnement. Celui-ci a été écrit en collaboration avec Henri Voron, hydrologue et ingénieur en chef des Ponts et des forêts.



 

2016 -Contre les duperies écologiques, Jean de Kervasdoué veut faire entendre la raison. Un essai vigoureux et utile.
" Il n'y a pas d'autres domaines que l'écologie où les préoccupations les plus justifiées voisinent avec les plus évidentes bêtises, où la confusion des concepts est aussi manifeste, où les croyances l'emportent sur la raison, où la pression sociale est aussi sirupeuse que violente, où l'idéologie prend le masque de la vérité, où les intérêts se cachent sous la bannière de la générosité, où les informations sont partielles, partiales et souvent truquées. Cette bouillie de faux concepts, de grands sentiments et d'intérêts camouflés conduit les hommes les plus respectables à proférer doctement les plus évidentes contrevérités, à prendre la plaine de la Beauce pour le Sahel, à considérer que le réchauffement climatique affecte Bordeaux comme Tombouctou, que le débit du Rhône est celui du Jourdain, que la dégustation d'un steak est aussi dangereuse que la traversée à la nage du détroit de Magellan et, surtout, à prendre les plus incontestables bienfaits de la science pour le plus grand des dangers. Pourquoi ce fossé entre la réalité et sa perception ? "

 

Fabien Bouglé 2019 - Elles sont partout, incarnant le symbole de la transition écologique : sur les sites internet institutionnels, dans les livres scolaires, les publicités, les films, les médias... Les éoliennes ont envahi les campagnes et les littoraux et sont devenues dans le monde entier, par une propagande systématique, le symbole de l'écologie et de la lutte pour le climat.
Et pourtant, derrière cette image verte... Pollution, émissions de CO2, atteintes à la santé et à la biodiversité, détournement de fonds publics, augmentation du prix de l'électricité, conflits d'intérêt, mafia : découvrez ce que le lobby du vent vous cache sur les éoliennes.
Fabien Bouglé est depuis dix ans expert de l'éolien et auteur de nombreuses études et tribunes alertant sur le sujet. Chef d'entreprise dans le secteur financier et culturel, il est également élu municipal.

https://www.amazon.fr/Eoliennes-face-noire-transition-%C3%A9cologique/dp/226810270X/ref=pd_sim_20/257-4581702-4096324?

 

2018 - Le grand plan de développement de l’énergie éolienne en France va-t-il tourner au naufrage ? Tout semble l’annoncer. Des doutes de plus en plus forts et justifiés entourent ce choix énergétique qui répond essentiellement à des considérations politiques. Dans toutes les régions de France se manifeste une opposition croissante de la part des riverains contre les éoliennes qui menacent leur environnement et leur santé, mais aussi des Français en général, révoltés par le saccage de leurs paysages et le gaspillage des deniers publics.
Trompeusement paré de toutes les vertus écologiques, le développement en France des éoliennes, destructrices du patrimoine et de notre potentiel touristique, n’obéit à aucune logique climatique ou économique. Il donne lieu à des montages financiers souvent opaques qui ne profitent qu’à un petit nombre d’initiés, alors que c’est l’ensemble des Français qui, par leurs impôts et les taxes perçues sur les factures d’électricité, supportent le coût insensé de cette politique irresponsable.
Il est plus que temps de renoncer à cette utopie écologique qui ne correspond ni aux spécificités de la France en matière de paysages, ni à son modèle énergétique, et qui nous conduit collectivement vers un désastre culturel, environnemental, sanitaire et financier sans précédent.

https://www.amazon.fr/Eoliennes-chronique-dun-naufrage-annonc%C3%A9/dp/B07D58QDNG/ref=pd_bxgy_img_1/257-4581702-4096324?

 

2018 - La terre se réchauffe dangereusement et si nous ne faisons rien, demain verra la fin du monde. En matière de climat, le marché de la peur est florissant. Une peur bien utile, véritable instrument de pouvoir fondé sur la manipulation des émotions au détriment de la raison. Faut-il en effet rappeler quelques-unes des prophéties émises en 1970 par les premières assises écologistes du " jour de la Terre ", pour l'horizon de l'an 2000 : plus une goutte de pétrole, généralisation des famines sur tout le globe et réduction de l'espérance de vie à 49 ans aux Etats-Unis... Sans oublier le cri d'alarme lancé en 2008 par Al Gore, prix Nobel de la Paix 2007 et ancien vice-président américain, qui annonçait la disparition totale de la calotte glacière estivale au pôle nord en 2013... Pour François Gervais, s'il y a une urgence, c'est celle de retrouver nos esprits... scientifiques. Car, contrairement à ce que disent les responsables du GIEC, il est absolument faux d'affirmer qu'il existe un " consensus " des chercheurs autour des questions climatiques. Ce livre le prouve en détails. Le catastrophisme des modèles virtuels actuels, source de politiques énergétiques dispendieuses dont certaines n'ont de durable que l'affichage, est en revanche une vraie catastrophe annoncée.

https://www.amazon.fr/Lurgence-climatique-leurre-Fran%C3%A7ois-Gervais/dp/2810008515

 



 

2019 - Novembre 2018. Aussi soudaine qu'inédite, la révolte des Gilets jaunes secoue la France. La raison de la colère ? La hausse incessante du prix des carburants. Au nom de la lutte contre les émissions excessives de CO2 et d'une hypothétique transition écologique, le gouvernement d'Emmanuel Macron, suivant les recommandations des Nations Unies et du GIEC, persiste à faire du gaz carbonique la cause du réchauffement planétaire pouvant justifier n'importe quel durcissement de la fiscalité. L'ouvrage de Christian Gerondeau montre pourtant que nos émissions nationales ne pèsent rien en regard de la masse de CO2 présente dans l'atmosphère. Et si tous les pays développés supprimaient entièrement leurs émissions d'ici le milieu du siècle, l'impact sur la concentration de CO2 dans l'atmosphère ne dépasserait pas 2 à 3 %. Les Gilets jaunes avaient donc raison : la transition écologique ne peut être qu'un prétexte tant ses fondements ne résistent pas à l'examen. Peut-on dès lors considérer les besoins croissants de l'humanité en pétrole, gaz, et charbon, comme une catastrophe pour le climat ? Les derniers relevés des satellites ne vont pas dans ce sens. Certes, en 2015 et au début de 2016, une hausse des températures a entraîné des records, mais elle a peu duré. Les relevés officiels que reproduit ce livre sont unanimes : les choses sont revenues à la normale au milieu de 2016. Par ailleurs, de nombreux scientifiques de premier plan, en France et ailleurs, vont jusqu'à affirmer qu'il n'y a non seulement pas lieu de craindre les émissions de CO2 mais qu'il faut au contraire s'en réjouir ! Il est donc temps d'oser la question taboue : le CO2, catastrophe ou bienfait ?

https://www.amazon.fr/CO2-est-bon-pour-plan%C3%A8te/dp/2810008531/ref=pd_sim_5/257-4581702-4096324?

 



2012 - La vision apocalyptique sur le manque d’eau est, pour l’essentiel, totalement infondée. La réalité est plus heureuse et la vérité empirique à l’opposé des lieux communs.
L’imposture, c’est, d’abord, de ne pas chiffrer la ressource en eau et d’affirmer, sans preuve et sans vergogne, le manque d’eau, les sécheresses à venir, les consommations irresponsables, la nécessité de ne pas gaspiller le « précieux liquide »
L’imposture, c’est de culpabiliser les « consommateurs » pour « économiser » quelques litres d’eau, alors que coulent sous leurs yeux, chaque seconde, des milliers de mètres cubes qui vont se perdre en mer.
L’imposture, c’est de laisser croire que l’eau domestique est « consommée » alors qu’elle est recyclée, notamment en France où elle retourne pour l’essentiel au milieu naturel après épuration.
L’imposture, c’est de feindre d’ignorer que les racines des végétaux ne descendent jamais jusqu’à la nappe phréatique.
L’imposture, c’est de s’opposer à la construction des barrages, alors qu’ils bloquent des crues ravageuses, valorisent leur énergie et protègent les populations de l’aval.
L’imposture, c’est d’annoncer des guerres de l’eau qui n’auront pas lieu.
Si le manque d’eau ne menace pas l’humanité, en revanche, des investissements considérables sont nécessaires pour produire plus et mieux d’eau potable, notamment dans les pays pauvres. Si des pénuries existent, et elles concernent le tiers de l’humanité, ce n’est pas un problème d’eau brute, toujours disponible pour peu qu’on la cherche, c’est un problème d’argent. Mais force est de constater que la solidarité est moins abondante que l’eau.

 

2021 - "Le monde de Greta Thunberg est un cauchemard". De l’iconique Greta Thunberg aux procureurs de la « méchante » finance, en passant par les avocats de la fin du travail, les nouveaux chevaliers de la vertu s’attaquent avec bonne conscience à cette prospérité française que nous avons connue pendant près de 40 ans. 
Les écologistes nous détournent de l’innovation, les socialistes discréditent le travail, les Insoumis refusent le marché et les nouveaux antiracistes combattent avec acharnement la méritocratie et une certaine idée de la République. 
Bref, voilà des progressistes qui voudraient nous brouiller avec le progrès ! Quel étrange renoncement !
Pourtant, il faudrait faire exactement l’inverse : innover, éduquer, travailler, investir, redistribuer, intégrer… C’est parce que la croissance est au point mort que notre société désespère. Moins la France s’enrichit, plus elle se déchire. Il est donc urgent de relancer l’économie tout en revenant aux valeurs humanistes et généreuses auxquelles nous tournons le dos chaque jour un peu plus. 
Est-ce encore possible ? 
Denis Olivennes, co-gérant du quotidien Libération, répond à cette question cruciale dans un essai aussi polémique que stimulant.

https://www.albin-michel.fr/ouvrages/un-etrange-renoncement-9782226455161#acheter-le-livre

 
     

Rejoignez nous 

via nos amis de Terre & Climat

.

.

la.question.climatique@orange.fr
Copyright laquestionclimatique.org 2021